Rencontre avec le composteur du Fenouil Atlantides

Si vous passez devant moi, vous vous direz peut-ĂȘtre que je ne suis qu’une boĂźte, genre mini bunker Ă©colo, avec quatre bouts de planches et trois vis qui dĂ©passent.

Mais si vous ĂȘtes du genre Ă  avoir la larme Ă  l’Ɠil Ă  chaque fois que vous ouvrez votre poubelle pour y glisser vos Ă©pluchures de navets, alors vous verrez en moi la solution Ă  tous vos problĂšmes ! Bon Ă  certains prob
 Bon d’accord, vous verrez juste une aide prĂ©cieuse dans la lutte pour la rĂ©duction des dĂ©chets. Mais quand mĂȘme, c’est beau !

Je suis nĂ© d’une idĂ©e qui a germĂ© : et si au Fenouil Atlantides, on pouvait arrĂȘter de jeter nos Ă©pluchures Ă  la poubelle ? Et si tout le monde pouvait en profiter ?

On a voulu que je sois un modĂšle de rĂ©cup’, alors on m’a dĂ©nichĂ© la crĂšme de la crĂšme des dĂ©monteurs de palettes, issue du prestigieux Paletto Social Club et initiatrice de Pontlieue en transition. Des sauvages du bricolage, de la scie qui dĂ©vie, de la planche qui s’offense et du pied de biche qui se rebiffe !

C’est donc sous un ciel torride, le samedi 29 juin 2019, que je suis venu au monde grĂące Ă  un groupe motivĂ©, de bonne humeur et toujours prĂȘt Ă  sauver la planĂšte avec un petit verre de jus de pomme (local).

Aujourd’hui, je vis paisiblement sur le parking du Fenouil Atlantides oĂč j’accueille les hĂ©ros de la dĂ©composition, que je nourris
 enfin
 que vous nourrissez avec de dĂ©licieuses Ă©pluchures et fruits pourris. Quand je serai grand, un jardin pourra profiter de ce compost et y faire pousser de bons lĂ©gumes.

C’est l’hiistoooooire de la viiieeeee
 Pardon, je m’égare.

À prĂ©sent, en passant prĂšs de moi, vous saurez que derriĂšre cette boĂźte en bois, il n’y a pas seulement une idĂ©e, il n’y a pas seulement un groupe d’écolos farfelus, mais il y a une croyance. La croyance que chaque geste compte.

Je ne vous parle pas du robinet que l’on coupe, de la lumiĂšre que l’on Ă©teint, de la brique de lait dans le conteneur jaune… Je vous parle de se rassembler, de crĂ©er, de partager, de croire qu’un autre monde est possible, de vivre une expĂ©rience humaine qui ne changera pas la face du monde mais qui changera votre quartier, vos certitudes et peut-ĂȘtre votre vie.

Mais aprĂšs tout, qu’est-ce que j’en sais 
 je ne suis qu’un composteur !

Laura MĂ©rien, responsable vrac du Fenouil Atlantides