Impact des Ă©pisodes de gel sur les productions

En avril dernier, les terres cultivĂ©es françaises ont souffert d’un Ă©pisode de gel historique et des hectares entiers ont Ă©tĂ© touchĂ©s :

  • arboricultures :
    • fruits Ă  noyaux : pĂŞches, abricots, nectarines, prunes et cerises
    • poires et pommes (impact prĂ©vu jusqu’en fĂ©vrier 2022)
  • vignes
  • grandes cultures : cĂ©rĂ©ales, olĂ©agineux et protĂ©agineux

đź’ˇ D’après les premiers bilans, la moitiĂ© des arbres fruitiers français est concernĂ©e et on parle de calamitĂ© agricole.

Cet Ă©pisode de gel a Ă©tĂ© d’une extrĂŞme violence, d’autant que les tempĂ©ratures anormalement clĂ©mentes (voire estivales…) du mois prĂ©cĂ©dent, avec des records de chaleur dans certaines rĂ©gions, ont entraĂ®nĂ© des bourgeonnements prĂ©coces.

Régions touchées

Le gel a touché 10 régions sur 13 :

  • la Provence est durement atteinte,
  • le Sud-Est enregistre une destruction de 60 Ă  70% de sa production d’abricots, de 80% de ses cerises et de 70 Ă  80% de ses pĂŞches,
  • le Sud-Ouest perd 80% de ses prunes.

Anticipation des pertes

Après l’impact du gel, les fruits qui ont survĂ©cu ont souffert des fortes pluies du mois de mai.

Il faudra encore un peu de recul pour évaluer les pertes supplémentaires et les éventuelles baisses de prix des légumes, non impactés par la grêle.

Assouplissement de l’agrĂ©age

Ce n’est pas une surprise : le gel a eu un impact sur l’aspect visuel des fruits.

Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les producteurs et productrices qui ont veillé des nuits entières pour essayer de sauver leurs récoltes et nous fournir de beaux fruits et légumes.

Pour continuer de les soutenir, nous assouplissons nos critères de sélection et nous acceptons des fruits et légumes avec de petits défauts d’apparence qui n’altèrent en rien la qualité.

💡 À noter : contrairement à d’autres pratiques courantes, le réseau Biocoop s’en tient à des « prix solidaires plafonnés » pour ne pas abuser de la rareté conjoncturelle de certains fruits et légumes !